3 Février – L’ IVRE – Cantique des cantiques – Baux-de-Provence, église St Vincent – 17h

L‘Ensemble L’ Ivre sera au Baux-de-Provence Samedi 3 février à 17h à l’église St Vincent
En partenariat avec la mairie des Baux-de-Provence
Le poème biblique est revisité par les deux compositrices et chanteuses : Lila Hajosi, inspirée par la cantillation hébraïque, chante les paroles de la Sulamite en hébreu et Julie Azoulay donne tour à tour aux amants sa voix en français. Un programme de musique sacrée où les deux voix féminines contrastées s’alternent au service du “poème au dessus des poèmes”.

19 mars 2017 18h- IRINI – Festival Inter Religieux de Musiques sacrées – Mèze (34)

IRINI au 18e Festival Inter Religieux de Musiques sacrées ,

avec les communautés Chrétiennes, Juive et Musulmane

Eglise Saint Hilaire, Mèze, 18h

« Le Festival Inter-Religieux de Musiques Sacrées réunit pour des concerts, juifs, musulmans, chrétiens dans le souci de découvrir la culture de l’autre pour un mieux vivre ensemble. Des millions d’hommes et de femmes mettent leur Foi en Dieu. Leurs chemins sont différents mais le but, qui connaît des noms divers, est le même : trouver en Lui des raisons de vivre et d’espérer. Croyants, nous avons la conviction profonde que l’Amour de Dieu ne peut être séparé de l’amour de l’homme. Des à priori, des jugements hâtifs, peuvent provoquer des blocages, des méfiances qui disparaissent dès lors que la rencontre est devenue possible, oui le partage est toujours source d’enrichissement. A l’écoute de la Parole nous l’entendons nous dire : « Elargis l’espace de ta tente ! ». Chaque année, notre Festival Inter-Religieux dit et redit la fameuse phrase de Martin Luther King : « Si nous ne nous aimons pas comme des frères nous périrons tous comme des imbéciles ». Notre origine commune – nous sommes tous des enfants d’Abraham – nous invite à œuvrer dans ce sens. Participer à ces concerts c’est dire l’intérêt que l’on porte à cet idéal. Les événements récents nous montre « l’urgence » d’un AGIR ensemble ! Croyants, non-croyants, accueillons cette réflexion de Platon : « Si tu veux connaitre un peuple, écoute sa musique… » Père Christian Doumairon, président de Chrétiens et Cultures.

genesirini

 

7 juillet 2016 21h- IRINI – Festival Les Troubadours chantent l’art roman – Cathédrale de Mende – Lozère (48)

Site du festival Les Troubadours chantent l’art roman

Mende – Cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Privat

Cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Privat – Classée Monument Historique en 1906

Humble bourg gallo-romain, Mende doit son essor à la décision des comtes du Gévaudan d’y installer l’évêché de leur domaine.
Dès lors, bénéficiant de l’éloignement des suzerains en titre, comtes de Toulouse, rois d’Aragon puis rois de France, les évêques sont les premiers personnages de leur ville. Au XIIe s., l’évêque fait fortifier la cité : la vieille ville conserve encore le plan de ces remparts ainsi qu’une tour, la Tour des Pénitents, à l’est. La cathédrale Saint-Privat est établie à l’emplacement d’une basilique funéraire sur le lieu du martyre de Privat, qui attirait dès le Ve s. un important pèlerinage.
L’édifice actuel a été construit à partir de la fin du XIVe s. à l’initiative du pape d’Avignon Urbain V, originaire du Gévaudan.
C’est seulement au XVe s. qu’est achevé le choeur et les travaux se poursuivent au XVIe s., mais sont interrompus par les guerres de Religion. L’édifice fut en partie ravagé, et tel que nous le voyons, il est issu des reconstructions du XVIIe s.
Elle abrite une Vierge Noire.

7 et 8 mai 2016 – Musikalische Exequien de Schütz – Avec le Conservatoire de musique d’Arles

Le samedi 7 mai à 20h30 – Temple réformé à Arles
Le dimanche 8 mai à 17h – chapelle Saint-Joseph de Boulbon

 

« Musikalische Exequien » – Heinrich SCHÜTZ

Bien que l’on ne puisse pas à proprement parler d’un « requiem » dans la mesure où le texte utilisé échappe à la liturgie funèbre ordinaire de l’Eglise catholique, l’œuvre fut destinée à accompagner les obsèques (exsequiae) du prince Heinrich Posthumus von Reuss, ami luthérien de Schütz et qui lui demanda en 1635 de composer une musique en prévision de ses funérailles.
Le texte que devait utiliser le musicien était celui-là même que le prince fit graver en lettres d’or sur son cercueil. Il s’agit d’une compilation de versets empruntés à l’ancien Testament, aux Evangiles ainsi qu’à trois chorals luthériens.

Cette oeuvre majeure, structurée en trois parties, sera ponctuée dans ce programme, de motets de ce même compositeur, pour voix de solistes accompagnées par les violes, ainsi que de pièces instrumentales de son contemporain, Johann Hermann Schein.

Ce programme permettra au tout nouveau choeur du conservatoire, que l’on avait déjà entendu l’an passé dans l’Actéon de Marc-Antoine Charpentier, de se produire aux cotés du consort de violes du Département de Musiques Anciennes, constitué pour l’occasion de six instrumentistes. Six voix solistes viendront se joindre à l’ensemble pour restituer sous la direction de Florent Mayet toute la gravité et l’émotion de cette cérémonie funèbre.

26 et 27 Mars 2016 – Sonnets de Shakespeare et John Dowland – Salle du conseil de la mairie de St Rémy de Provence (13) : 20h30 / Le Capitole à Arles : 17h

 

Afficher l'image d'origine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Spectacle autour des sonnets de Shakespeare 

Bien que très peu mis en musique par les compositeurs de l’époque, les Sonnets de Shakespeare n’en dégagent pas moins une étonnante et troublante incitation à la musicalité. Puissante est donc la tentation de vouloir mettre en parallèle les 154 sonnets de cette œuvre poétique magistrale avec des productions musicales de cette période élisabéthaine partageant ces mêmes thèmes de l’amour, du beau, de la brièveté de la vie, du politique.

Pleine de mélancolie et de nostalgie, mais aussi parfois de légèreté et d’humour, l’œuvre vocale de John Dowland, quasiment contemporain de William Shakespeare, se prête ainsi à merveille à cet échange parsemé d’emprunts et de citations réciproques.

Ce spectacle se propose donc d’être comme un dialogue permanent entre poésie et musique et tentera d’exprimer à travers la musique des mots et le langage des sons, l’indicible des passions humaines. Il permettra une heureuse rencontre entre des comédiens de l’école de théâtre Actéon et des musiciens du département de musiques anciennes du conservatoire du Pays d’Arles.

Dimanche 27 Mars au Capitole : Luc Gaugler (viole de gambe) et Julie Azoulay (chant).

Le programme des concerts du Conservatoire de musique d’Arles : Programme de janvier à juin 2016

18 décembre 2015 – L’IVRE – Théâtre de la Calade – Arles (13)

La première date de ce jeune ensemble! Vous y entendrez un concert d’expression francophone, inspiré des musiques savantes et traditionnelles de Méditerranée et d’Orient. Les compositions de Julie Azoulay sont arrangées par Yann Hajosi, jeune guitariste de talent, également en duo avec Henri Agnel (guitare et orpharion). Les textes chantés sont tirés des livres védiques (Kâma Sûtra), de l’Ancien Testament (Le cantique des cantiques) et de la poésie brûlante de Rûmi ( Les Quatrains).

 Calade3