Ensemble L’ IVRE

 

 

 

Les Chants sacrés du corps amoureux 

se déclinent en trois volets : 

un trio, un quatuor et un quintet !

 

CANTIQUES

Julie AZOULAY : chant et composition

Jérémie SCHACRE : guitare électrique et guitare classique

Thomas BOURGEOIS : zarb et daf

Cantiques est un programme de chants sacrés autour de la poésie du Cantique des cantiques et des Rubâi’yât de Rûmî : un hymne au bonheur de la vie terrestre où la femme et l’homme savourent ses splendeurs… Julie Azoulay met en musique ces poèmes antiques et médiévaux étincelants de beauté et rend hommage à la nature, lieu de vie refuge, source nourricière et miroir de nos sentiments. Le Cantique des cantiques, court poème de la Bible, est l’expression du plaisir qu’offre la nature en écho à l’extase amoureuse et à l’amour divin. Parmi les poètes de la langue persane de l’époque classique, Djalâl ad-Dîn Rûmî, mystique du courant musulman soufi, poète et penseur du Moyen-Age, a écrit les Quatrains, ces méditations spirituelles, marquées par une étroite relation entre la musique et la langue. Amant passionné de dieu, il exprime ses sentiments d’une manière volcanique en créant un style unique dans la littérature persane.

Traduction du Cantique des cantiques par Patrick Calame, Le Grand Livre du Cantique des cantiques, Editions Albin Michel, 1999, et des Rubâi’yât (« Quatrains ») de Djaâl-Od-Dîn Rûmî par Eva de Vitray-Meyerovicth et Djamchid Mortazavi, Editions Albin Michel, 1993.

 

LE CANTIQUE DES CANTIQUES

Lila HAJOSI : chant et composition

Julie AZOULAY : chant et composition

Jérémie SCHACRE : guitare classique

Thomas BOURGEOIS : zarb

Pascal GALLON : luth et guiterne

Le poème biblique est revisité par deux compositrices et chanteuses : Lila Hajosi, inspirée par la cantillation hébraïque, chante les paroles de la Sulamite en hébreu, et Julie Azoulay donne tour à tour aux amants sa voix en français. Un programme de musique sacrée où les deux voix féminines contrastées s’alternent au service du “poème au dessus des poèmes”.

«D’une ambiguïté troublante, l’interprétation du Cantique évoque l’amour aussi bien dans sa dimension érotique que spirituelle. Qu’il exprime le lien amoureux entre Dieu et Israël, le Christ et son Eglise, ou l’homme et la femme, ce chant d’une beauté et d’une sensualité brûlantes est l’éloge le plus sublime que l’on ait écrit sur l’amour du couple». (Frank Lalou et Patrick Calame, Le Grand Livre du Cantique des cantiques, Editions Albin Michel, 1999).

 

LE LIVRE DE L’AMOUR (KÂMASÛTRA)

Julie AZOULAY : chant et composition

Fady ZAKAR : lyra crétoise, rubâb, oud, kora, mey

Jérémie SCHACRE : guitare manouche, guitare classique

Thomas BOURGEOIS : zarb et daf

Un concert hors du commun autour du texte de l’Inde antique, célèbre et pourtant mal connu, Kâmasûtra, dans sa traduction française ! Un programme épicurien de l’ensemble L’ Ivre, qui met ce long poème au devant de la scène sous la forme d’un concert, de récitatifs et de lectures. Un spectacle qui rend justice à la vraie nature de ce texte à la fois théâtral et poétique. Julie Azoulay rend hommage à la beauté de l’acte érotique dans toute sa puissance et sa vérité et offre un regard sur les techniques de l’amour…

« Le Kâmasûtra est bouleversant à plus d’un titre. Le texte parle de quelque chose qui est bouleversant, c’est-à-dire de la place du plaisir, des plaisirs et sensualités dans une existence. Comment tenir une existence sans faire une place ordonnée aux plaisirs ? C’est la question de ce texte, question fondamentale que l’on trouve aussi chez Platon, chez Ovide et aussi dans la Bible dans l’Ecclésiaste. » (Kâmasûtra, Exactement comme un cheval fou, par Frédéric Boyer, Editions P.O.L., 2015)

Traduction de Kâma Sûtrale Bréviaire de l’Amour, par Alain Daniélou, Editions du Rocher, 1992, et de Kâmasûtra, Exactement comme un cheval fou, par Frédéric Boyer, Editions P.O.L., 2015.

Dessin et graphisme de Christine Beau

Photographies de Jonas Jacquel/ Cité de la Voix, Vézelay

et de Jean-Daniel Charpentier / Exa Photographie